Chengdu, ville de contrastes
  

Chengdu, ville de contrastes

Chengdu, Chine le 24/11/2011

 

Après une nouvelle nuit passée dans le train avec nos amis chinois, dont la gentillesse continue à nous marquer (sourires à défaut de compréhension, cours de prononciation chinoise pour les mots de base, partage de nourriture !!!), nous arrivons à destination. A nous la ville de Chengdu et ses 5 millions d’habitants (uniquement pour le centre ville !).

 

17 heures consécutives de trajet mérite bien un petit focus sur notre aventure ferroviaire au départ de Xi’An :

 

L’avant voyage ;

-le plus délicat est, à priori, de réussir à prendre un billet directement à la gare ; peu ou pas de guichets pour les étrangers (et donc barrière de la langue). Munis de notre plus beau sourire et de notre guide « français/mandarin », nous n’avons pas  les difficultés escomptées pour nous faire comprendre et pour obtenir les fameux sésames… hiiiha ! Exit les commissions des intermédiaires…Fiers de nous, nous sommes !

-le jour J : pas évident du tout de trouver la bonne « salle d’attente » car TOUT est indiqué en chinois (excepté le n° du train…mais n° noyé dans la calligraphie chinoise). La solution ? Trouver quelqu’un parlant un minimum anglais (souvent le jeune ou  l’ « homme costume-cravate »), lui faire à nouveau un magnifique sourire « ultrabright » et lui demander de nous aiguiller. Cela a tellement bien fonctionné cette fois-ci  que nous nous sommes vus escortés jusqu’au bon endroit !  «  Xié-xié » (=merci !).

-une fois sur place ; mesurer l’ampleur de ce qui nous attend face au nombre de voyageurs ! Attendre alors, tout en étant dans les « starting blocks », que les portes donnant sur le quai ouvrent. Et ce moment est, à lui seul, déjà toute une aventure ; à nouveau collés/serrés, ballotés par les mouvements de foule. En aucun cas ne se laisser déborder car le quai n’est accessible que 15 minutes avant le départ du train ; juste de quoi amplifier la frénésie ambiante ! Une fois les portes ouvertes ? FONCER DROIT DEVANT !!! (Nos gros sacs à dos deviennent alors des armes de propulsion redoutables pour repousser l’adversaire resquilleur!!)

-une fois le quai atteint : minimiser le temps pour atteindre le bon wagon. Comment ? Feinter l’autochtone en empruntant la partie du quai opposée à celle longée par le train (le but étant de s’infiltrer rapidement dans le wagon et pouvoir ainsi trouver la place pour poser ses affaires).

 

L’intérieur du wagon, la nuit en couchette ;

-une hôtesse (par wagon) qui se charge de l’accueil et, si besoin est, de vous réveiller à la gare d’arrivée.

-un wagon = 11 compartiments.

-1 compartiment = 6 couchettes réparties sur 3 niveaux

-nous avons réservé les couchettes du haut, ce sont les moins chères car les moins spacieuses (et peut être parce que les atteindre et  s’y allonger nécessite un minimum d’effort et de contorsions).

-dénommées « couchettes dures », nous nous attendions à de simili planche de bois… eh bien pas du tout ! Assez rembourrées… avec oreillers, draps et couettes ! Le grand luxe !

-jusqu’à 22h environ ; passages réguliers de vendeurs de nourriture, boissons, fruits…mais aussi de vrais commerciaux proposant, façon « télé-achat », des chiffons qui essuient plus que plus, des chaussettes méga résistantes…démonstration à l’appui bien sûr !

-après 22h ; extinction des feux ! La lumière est éteinte… message reçu !

 

Et au petit matin (7H précise) ;

-on rallume les néons, la TV et tous au petit déj’ ! Point de café ou de bon croissant…non, tous à la « miam box » ! Odeur ambiante de « bolino »  assez indigeste au réveil…et c’est sans compter sur les bruits d’aspiration !!

-on découvre de nouveaux paysages et, finalement, ces 17h de trajet se sont écoulées assez rapidement !

 

 

Revenons à nos moutons ; Chengdu !

A première vue, la ville ne nous charme pas plus que ça ; une grosse agglo, beaucoup de monde, de circulation, de bruit… Par ailleurs notre nouvelle adresse laisse Cindy quelque peu perplexe. Il faut dire que nous avons choisi une ancienne imprimerie reconvertie en auberge de jeunesse… la chambre est, de prime abord, assez austère ; plafond haut, murs de briques repeintes, une table, deux lits simples séparés de 5 mètres et des sanitaires communs… la terrasse étant en plein air (gla gla) et d’anciens cabinets de toilette y font office de jardinières !!  Original et pas cher nous voulions… et ce que nous avons !

 

Après une journée à arpenter la ville, nous sommes frappés par les contrastes que celle-ci présente. Il nous semble qu’ici plus qu’ailleurs, les époques ou les styles se mêlent :

- d’immenses immeubles plus ou moins délabrés encerclent les vieux quartiers restaurés

- la statue de Mao érigée face à une grande place désormais sous le joug d’un capitalisme symbolisé par d’immenses gratte-ciel,

-le calme des parcs (et de leurs maisons de thé) au cœur de la frénésie urbaine,

- le contraste entre le jour et la nuit où quand les buildings s’illuminent et clignotent de mille feux !

 

Un des buts de notre passage à Chengdu est la présence d’une base de reproduction de…pandas ! Animal emblématique en voie d’extinction (la faute notamment à une libido en berne !) ; nous ne pouvions passer à côté !

Sans trop savoir à quoi nous attendre concernant le site en lui-même, nous avons suivi le conseil de nous lever aux aurores pour optimiser nos chances  de rencontrer la bête (question d’Arnaud ; « dis, un panda c’est comme un ours ? » sûr que les retransmissions sportives ont plus bercé sa jeunesse que les doc’ animaliers !!).

Et une fois sur place… quelle magie ! Le site est loin d’être le zoo que nous redoutions : ici, point de cage ou de grillage mais des « enclos » immenses à la végétation luxuriante ! On avance en silence, on guette…D’ abord une boule de poil noire et blanche pelotonné au pied d’un arbre… puis, un peu plus loin, la véritable découverte de cet attendrissant animal…en train de dévorer des feuilles de bambous ! Car nous l’ignorions mais un Panda, ça mange, ça mange encore et… ça mange toujours !!! Ou alors ça dort !!!

Nous découvrons, en plus du « Giant panda », le « Red panda » ; un cousin éloigné au regard plus félin.

Après 3 heures sur site, nous aurons vu des dizaines de pandas… du tout petit (ne tenant pas ou peu sur ses pattes et bichonné par les soigneurs) au tout gros (hypo actif…pour le coup plus « parqué » et esseulé !) en passant par l’ado (vivant en groupe, presque hyperactif !). Plus qu’un chiot, Cindy veut désormais adopter un bébé panda…pour la sauvegarde de l’espèce bien sûr ! Un panda à Niort, ridicule ? Score 1 partout ;-)

 

Au final, et si on ajoute nos escapades dans les divers parcs de la ville, ou encore dans le splendide temple Qingyang Gong (ou « temple des chèvres de bronze ») , et enfin  notre halte prolongée dans une maison de thé, Chengdu se révèle être une étape surprenante et très agréable.

 

Et en vrac ?

-découverte d’un nouveau métier de rue : les nettoyeurs professionnels…d’oreilles !! Vrai de vrai !!! Un tabouret sous le bras, une lampe frontale, une blouse blanche et des tas de petits outils dans les poches et voilà que ces véritables « chasseurs de cérumen » vous font des oreilles toutes propres… preuve à l’appui car ils n’hésitent pas à montrer « leurs prises » à leurs clients ! ouahhh !

-autre nouvelle profession : « les mobylettiers » ! Tels des voituriers, ils ont la lourde tâche de garer tous les deux-roues en optimisant l’espace. Fonction plus délicate encore lorsqu’il s’agit de rendre à son propriétaire la mobylette qui se trouve…en plein milieu des autres !

- nous avons enfin rencontré, parfois orientés par le bruit des jetons (si, si c’est vrai !!!), les fameux joueurs de Mah-Jong. Certaines parties étant pimentées par quelques Yuans !

 

Prochaine étape ; la ville d’Emeishan et sa montagne sacrée….

 

Commentaires

 Anais
wah tu as vu de vrai joueur de mah-jong tu as appris un peu comment y jouer on se fit une partie a ton retour!
 Caroline, Arnaud et Rose
Ha, les trains chinois... voilà qui nous rappelle le bon temps...
Et petite faveur pour Rose : un bébé Panda, ce serait super sympa comme petit souvenir, un vrai bien sûr, on fait pas dans la grelotte ! ;-) On peut faire garde partagée Cindy ! ...



Autres récits de voyage

Autres Recits en Chine